lundi 11 décembre 2017

Qui croire aujourd'hui ? En Lozère cette question se pose.

Après cette semaine de grande émotion, avec la saturation des expressions sur Jean d'Ormesson, et Johnny Holliday, avec lesquelles nous sommes en phase,  il nous faut revenir les pieds sur terre, et se poser les bonnes questions.

Et bien allons y :

Quand on parle d'énergie, il est plus fait usage de l'émotion et de la peur du lendemain, et d'un discours formaté que de réflexions sérieuses éclairant l'avenir.
Et les exemples ne manquent pas :
Ne revenons pas sur les discours des politiques "verts" qui risquent de nous entrainer dans le mur, sans prospectives sérieuses ; il nous suffit d'analyser la loi de transition énergétique, qui après même pas 2 années est remise en cause pour absence de vérification élémentaire, qu'aurait pu faire un gamin de 6ème ( voir l'impossibilité  de fermer actuellement nos centrales nucléaires).

Mais lisons la presse :

Pour ceux qui lisent l'anglais, cet article du SundayTimes fait part de la démolition de ce parc éolien de 1991 en Ecosse, et il ne sera pas reconstruit à cause des atteintes au paysage ; nous, en France on peut pourrir le sud du Massif Central, et surtout on veut modifier la loi pour permettre encore plus facilement, et peut être sans autorisation la reconstruction en plus grand des sites éoliens existants.

On nous fait peur du nucléaire, et oui, d'abord on a essayé de nous faire peur avec le réchauffement climatique, mais comme il y a de la contestation scientifique dans l'air, on parle aujourd'hui plutôt du dérèglement climatique, et puis pour en mettre une couche il nous faut maintenant remplacer le nucléaire, car le nucléaire fait peur depuis Fukushima. Et bien lisez l'article du Mont Champot, sans être pro-nucléaire, il faut savoir se renseigner avant de dire n'importe quoi.

Alors que l'on a du mal à apprendre à lire aux enfants, il faut les formater aux énergies renouvelables ; ça c'est aller de l'avant, alors que les adultes ne sont déja pas capables d'avoir un point de vue clair sur ce sujet qui est très complexe.

Alors que l'on a un vent très moyen  en Lozère comme le montre un extrait d'un document de préparation en 2010 du schéma éolien, mais pour influencer les lozériens, on transforme en 2012 ce document tout en vert pour faire croire qu'il y a du vent ;  dans le cadre d'une présentation dans les locaux du département, le conseiller départemental maire actuel de Mende nous avait traité de menteurs quand il était présenté ces documents ; où est la manipulation, nous ne faisions que présenter des documents de l'administration!!!!!!

Et nous pourrions  rajouter d'autres données attestant qu'actuellement on continue dans ce domaine à nous faire croire n'importe quoi. Comme par exemple cette désinformation qu'actuellement on peut stocker sans problèmes les énergies renouvelables aléatoires comme l'éolien et le solaire, par des batteries, des stations de relevage, des systèmes gyroscopiques, etc....encore du discours comme cette proposition avec les "smard grid" d'utiliser les réserves des batteries des voitures électriques comme outil de régulation - super - on fait croire que l'on pourra soutenir le réseau et quand on voudra utiliser la voiture électrique il n'y a plus de réserve de puissance - une vraie histoire de "shadocks".

Et nous avons une vice-présidente, qui quand on annule un schéma éolien pour absence de prise en compte de l'environnement dit "cela ne change rien" , c'est nous prendre pour des demeurés.

Et nous avons même un sénateur, qui parait-il est en marche, et qui nous avait fait croire que l'on peut mettre des éoliennes sur le Mont Lozère.

Dans nos espaces naturels de Lozère, où depuis des siècles les habitants ont les pieds sur terre,  ont l'habitude d'être réellement en marche, sachons maîtriser ce qui est de l'ordre du subjectif et de l'objectif, et continuons à être droits dans nos bottes, car nous avons besoin d'être bien chaussés pour faire face aux enjeux de notre territoire.


Nous avons su par le passé faire dialoguer l'intelligence de nos ingénieurs avec les logiques et les besoins de nos territoires, nous l'avons encore fait avec le pont de Millau, oeuvre magistrale de Sir Norman Foster.
Mais avec l'éolien industriel, nous sommes face à des affairistes qui ne font que répondre à l'intérêt égoistes de certains propriétaires et décideurs locaux, sous couvert d'un faux vernis de sauveurs de la planète. Derrière il n'y a aucune vraie réflexion industrielle, économique, énergétique, hormis celle de répondre à un discours habilement élaboré par un lobby politico-écolo-industriel-financier , qui ne représente certes qu'un petit aspect de notre économie nationale, mais qui à terme sera un scandale, comme ceux que nous avons fréquemment connus en France.

Soyons Rock End Roll comme Johnny, impertinent comme Jean D'Ormesson, la vie n'est pas un long fleuve tranquille mais un espace de confrontation et de saines oppositions.


vendredi 8 décembre 2017

La Lozère solidaire avec l'Aveyron pour une politique cohérente d'aménagment

Dans notre avis à l'enquête publique sur le transformateur de Saint Victor, programmé pour permettre le mitage éolien du Sud du Massif Central, nous avons parlé des "idiots utiles" qui disent n'importe quoi, sans avoir la moindre culture en matière d'économie, d'énergie, d'environnement, et dans ces "idiots utiles" nous avons aussi des élus qui écrivent n'importe quoi, et surtout haro sur les associations ou collectifs qui s'expriment démocratiquement.

Nous avons néanmoins des élus qui s'expriment clairement contre ce projet comme un ancien vice-président du PNR Grands Causses, et de nombreuses personnes qui développent des avis défavorables argumentés.

Il suffit d'aller lire les contributions sur le site numérique de l'enquête publique du transformateur de Saint Victor , et parmi celles-ci nous avons remarqué l'avis très détaillé de l'association des Robins des Bois de la Margeride . Nous vous invitons à lire cet avis en lien, il est très clair sur nos enjeux locaux, et sur les incohérences des choix d'aménagement que veulent nous imposer les décideurs locaux et régionaux. Mais aussi sur les incohérences entre le discours "bizounours" de sauver la planète de certains et nos pratiques consuméristes, que d'ailleurs de nombreuses personnes ne peuvent même pas se payer.

 Tous ces projets sont une question de pognon pour certains, comme c'est exprimé dans l'article récent de Ludovic Grangeon sur le site d'Economie Matin.

Bonne lecture

 Pour mémoire cette photographie de la Chaze de Peyre est sur le chemin de Saint Jacques, un mauvais projet éolien y est toujours en instruction. On n'en parle plus dans la presse, on préfère rappeler le coup de peinture sur un transformateur de 2 m de haut, mais rien sur un projet d'éoliennes de 150m de haut qui défigureraient nos espaces ruraux de montagne.

Le lobby électrique afin d'endormir les habitants, est efficace pour faire passer cet article dans le Lozère Nouvelle de ce 7 décembre 2017, mais si l'on veut informer correctement les lecteurs, il faudrait aussi leur faire savoir que très récemment une cour administrative a récemment annuler les autorisations pour un projet éolien"électrique" à proximité du chemin de Saint Jacques au motif d'atteinte au patrimoine d'un itinéraire inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Et à Peyre en Aubrac nombreux sont ceux qui connaissent cette inscription, c'est même  le moteur économique de la commune.

Cela ne nous empêche pas de reconnaître la qualité de l'oeuvre picturale de l'artiste ; dans nos petites communes c'est bienvenu, avec un peu de retard car cela se fait depuis le début des "Trente Glorieuses" en France.
Mais il n'est jamais trop tard.

Par contre pour l'éolien industriel, alors là nos élus ne sont pas en retard, bizarre, bizare!!!!

et ce rajout après 17h :
Nous avons mis en lien le site numérique de l'enquête, pour que vous puissiez lire les différentes contributions ; et bien depuis 17h elles ne sont plus consultables. Ainsi fonctionne notre démocratie, les avis sont publics mais ils ne sont plus consultables sauf sans doute pour le promoteur, qui lui aura encore le droit d'apporter des commentaires, qui en général comme nous le voyons en Lozère sont le plus souvent repris copie-collé dans les avis favorables des commissaires. Et tout ça pour un projet qui sera déclaré d'utilité publique, pour permettre l'évacuation de ces zones rurales de montagne, de la production de projets éoliens contestables, qui eux sont du pur privé très spéculatif.

mardi 5 décembre 2017

Encore 2 jours pour dire NON au transfo de St Victor

Dans notre message du 30 novembre nous vous avons fait part en fin de page de l'enquête publique pour le transformateur Sud Aveyron.

Nous avons transmis sur le site numérique de l'enquête, l'avis suivant ci-dessous :


" Messieurs les commissaires,



Comme dans toute enquête il y a des "idiots utiles" qui viennent raconter n'importe quoi, qui insultent les opposants, et qui motivent leurs avis favorables avec des termes qui ne sont que la reprise d'un discours général en France : il faut remplacer le nucléaire par l'éolien, il faut sauver la planète, il faut remplacer les filières à combustible fossile, etc.....

Je pense que vous aurez  de la  rigueur et la capacité d'avoir un recul indépendant sur un tel dossier.

Ne revenons pas sur le remplacement du nucléaire par les énergies renouvelables, la récente décision de Hulot et surtout les réelles motivations techniques non exprimées officiellement sont claires à ce sujet, ne revenons pas sur le sauvetage de la planète par ces énergies renouvelables car nous sommes dans l'utopie et le discours de la peur, quand au remplacement des énergies "fossiles" il faut certes commencer à s'en préoccuper, mais le chemin choisi de prioriser les éoliennes industrielles est un faux choix économique, énergétique, industriel, qui ne fonctionne que par une politique de course en avant aux subventions, et qui à terme coûtera très cher à notre pays déjà très endetté.

Ce préambule est nécessaire car un des objectifs de ce présent projet  de transformateur est d'évacuer la future production d'énergie renouvelable du sud du Massif Central, dont l’essentiel  se portera sur l’éolien industriel.

Or ce projet fait l'objet d'une opposition locale, qui vu la fermeture des premiers lieux d'enquête est significative de divers problèmes locaux (absence de concertation préalable, atteintes à des espaces naturels et agricoles,.pression négative de l'éolien en Aveyron..) que vous ne pouvez ignorer ; et la délocalisation des enquêtes est aussi significative d'un problème d'absence de  démocratie qui a produit un projet contestable, surdimensionné et donc non acceptable par la population locale.

Sans débattre des problématiques environnementales locales que soulève ce projet,  qui  vu la puissance et la taille des équipements aura des impacts négatifs obligatoirement notables et certains, il y a en amont des éléments que vous ne pouvez ignorer et qui ont participé à la proposition de ce projet.

Tout d'abord les politiques des énergies renouvelables sur l'Occitanie ont été définies dans les Schémas Régionaux du Climat, de l'Air et de l'Energie (SRCAE) avec comme annexe les Schémas Régionaux de l’Eolien (SRE) , or ces schémas du Languedoc Roussillon et de Midi Pyrénées ont été annulés par les tribunaux pour insuffisance de prise en compte des paysages, et pour absence d'évaluation environnementale. Ces schémas ont été élaborés à minima en matière de concertation, et avec un manque total de réflexion sérieuse sur les problématiques environnementales des sous territoires de l'Occitanie, constat confirmé par les juridictions administratives.

Ces schémas encore n'ont pas affiché de façon sous régionale la répartition des objectifs de production des énergies renouvelables, affichage qui a été fait par les Schémas Régionaux de Raccordement Electrique.  Or ces derniers schémas ont été élaborés en absence totale de concertation locale, concertation qui n'a été faite que plus tard par les nombreux rendez vous de RTE avec les collectivités locales comme par exemple en Lozère, pour expliquer la politique de RTE et les projets de renforcement des réseaux.



Le présent projet se justifie à partir de choix énergétiques et techniques qui résultent d'un travail en chambre, sans concertation publique et qui en particulier s'appuie sur des documents régionaux qui n'ont plus de valeur juridique, et qui sont contestables sur le fond comme le reconnait les juridictions administratives.

En tant que Lozérien, ce projet peut avoir des incidences négatives sur les exceptionnels territoires naturels du département, car en effet le renforcement de la capacité des réseaux dans la zone d’influence de ce transformateur, va accélérer la pression des promoteurs éoliens pour venir ériger des monstres mécaniques dans nos territoires ruraux de montagne.

En tant que professionnels vous ne pouvez ignorer le rapport sur l’éolien de l’Académie des Beaux Arts, et vous devriez y lire l’excellent texte de Claude Parent qui à lui seul justifie le refus du mitage éolien dans les espaces du Sud du Massif Central. Refus exprimé clairement par l’assemblée départementale de la Lozère et par le syndicat mixte de préfiguration du PNR Aubrac.

En tant que professionnels vous ne pouvez  valider une enquête dont le déroulement est contestable, et un projet dont les fondements sont eux aussi très contestables , et un projet qui va favoriser un mitage progressif industriel très négatif des espaces ruraux de montagne sensibles du sud du Massif Central, sans avoir préalablement vérifier ces incidences au titre des articles réglementaires de la loi Montagne.



En conséquence je ne peux qu'exprimer un avis très défavorable sur ce mauvais projet.



Avec mes salutations

Pour l’association Collectif Terre de Peyre

Le Président

Noel Ducret  "

 Cet avis vous pouvez le retrouvez sur le site numérique de l'enquête, en allant cliquer sur "consulter les contributions".

Mais comme toujours l'union fait la force, et si vous ne voulez pas voir nos espaces du Sud et de l'Ouest Lozère pourris par le mitage éolien, il vous faut faire part de votre avis défavorable à ce projet, qui n'a pour seul but que de permettre l'évacuation de la production des futures éoliennes du sud du Massif Central, pour le grand bonheur de certains banquiers, promoteurs et quelques propriétaires fonciers. En aucun cas nos espaces ruraux de montagne n'ont besoin de cet équipement, qui est sorti d'un chapeau depuis quelques années face à la pression du lobby éolien.
Ne transformons pas nos espaces en futur Levezou, pour produire une électricité fort chère soutenue par une taxe sur nos factures d'électricité, et vendue à perte par EDF sur les réseaux des agglomérations et l'Espagne
Vous avez jusqu'au 8 décembre pour  exprimer un avis défavorable à ce projet 

 La carte de la zone d'influence de ce projet de transformateur concerne bien le sud du Massif Central


lundi 4 décembre 2017

Un peu de lecture en Lozère pour ne pas mourir idiot

Tout d'abord si vous aimez l'humour et le bon sens  lisez le bulletin de Thierry Levant "La reine des neiges s'éclate". L'auteur a un site d'information intéressant "Lecolocritique".

Il fait aussi partie du groupe d'information du collectif des climato-réalistes, qui apportent des compléments d'information permettant de ne pas mourir idiot face au rouleau compresseur du discours dominant politique sur le climat , discours qui n'a rien de scientifique, mais qui cherche à alimenter les peurs, pour faire accepter des politiques qui sont loin d'être judicieuses, et qui devraient être adaptées aux réalités climatique, économique, énergétique, technique, environnementale.

A ce titre d'une politique jouant sur un catastrophisme erroné, nous vous invitons à lire l'article de "Contrepoint" sur la COP 23. En fait on prend l'argent aux pauvres par une taxe sur l'électricité, par des subventions sur le financement d'équipements énergétiques (production, stockage, réseaux,...), pour dans un circuit bancaire bien rodé permettre de faire fortune à certains.

Et nous vous rajoutons cet article de ce début décembre d'Economie Matin"

Et nous vous en rajoutons un autre de "Contrepoints" en cette période de grandes réunions qui font beaucoup parler les médias, mais ne résolvent en rien les problématiques actuelles mondiales COP 23, Obama et les Napoléons, future réunion Make our planet great again,...)

Et pendant ce temps en Lozère la seule marge de développement économique est liée à la capacité d'attraction touristique de nos sites naturels, de nos vastes paysages, de nos espaces ruraux de montagne ; et il faut sortir des affirmations comme quoi le mitage éolien est sans incidence sur le tourisme. Nous vous engageons à ce sujet  à lire l'étude réalisé par l'association des gites ruraux de l'Indre. Chez nous pour l'instant les professionnels du tourisme sont muets sur le sujet, alors que nous avons régulièrement des articles sur la politique de développement du tourisme par le département. Cherchez l'incohérence!!!!! On connait la chanson : Paroles oh paroles, paroles.......

En Lozère nous avons souvent des ciels bien plus lumineux que les réflexions de certains de nos décideurs. Et nos ciels étoilés encore peu pollués font aussi partie de notre patrimoine à préserver.

Et on ne pourra pas dire "on ne savait pas"

samedi 2 décembre 2017

Pas de repos contre l'éolien en Lozère

Dans ce blog nous soulevons quelquefois la discrétion des médias sur les luttes locales contre l'invasion de nos espaces ruraux en Languedoc par ces énormes machines éoliennes.

En Lozère, l'hebdo local publie quelquefois nos propositions d'articles, comme notre article sur l'annulation du schéma régional éolien dans le numéro du Lozère Nouvelle de ce 30 novembre.Nous en remercions le journal.

Nous en profitons pour vous informer que la Cour de Appel de Nantes vient de confirmer l'annulation du schéma régional éolien de Normandie.

Voila donc 15 schémas régionaux annulés, et on en parle peu dans les médias, on préfère faire le buzz avec les soit-disantes couleuvres qu'avalerait Nicolas Hulot, alors qu'à y bien réfléchir les choix faits récemment, le nucléaire, le glyphosate, etc.. ne sont pas si contestables que ça. Nous pourrions développer ces points, mais restons sur nos problématiques de Lozère, et de certains choix de nos élus en Région.

A ce sujet nous vous invitons à lire le 5ème volet des articles du site Reporterre sur l'éolien . On y parle de la problématique du paysage, et plusieurs fois de la région Languedoc. Alors essayer en fin d'article d'analyser le point de vue de Agnès Langevine  3ème vice-présidente en charge de la Transition écologique et énergétique, de la biodiversité, sur l'annulation du schéma éolien..

Pour elle c'est sans importance, cette décision "ne change rien" et cette annulation est le résultat d'une erreur d'interprétation d'une circulaire ministérielle. Et donc si on interprète bien cette position la Région peut continuer à vouloir laisser faire "tartiner" des éoliennes sur le territoire, d'ailleurs c'est confirmé par le projet REPOS.

Cela nous pose un problème de la cohérence d'une élue qui a des missions sur l'environnement, et qui face à un constat limpide et reconnu de non prise en compte de l'environnement dans un document stratégique, a une réponse du type "circuler il n'y a rien à voir" car nous, nous avons raison.

C'est un peu simpliste, face à un document qui est un non sens en matière de planification. Rendez vous compte toutes les communes moins une y sont déclarées en zone favorable à l'éolien industriel.
Madame Langevine ne doit pas connaître les documents de la Région Occitanie, par exemple sur le site Occitanie des sites inscrits UNESCO, il y est reconnu l'importance exceptionnelle en France de ces sites en région, et en particulier en Languedoc, et bien circuler "il n'y a rien à voir" les nombreuses communes concernées par ces sites sont en zone favorable à l'éolien, et ne parlons pas des autres territoires sensibles exceptionnels et non protégés du Languedoc, et ne parlons pas des zones littorales et de montagne, qui par des articles très clairs des lois du même nom devraient juridiquement faire l'objet d'un minimum de précaution.

Là ce n'est pas à Nicolas Hulot que l'on veut faire avaler des couleuvres, mais aux habitants du Languedoc à qui on veut faire croire n'importe quoi, mais comme à l'armée ils doivent sans doute être aux ordres, et ne pas contester les choix de nos illustres élus, comme le confirme leur projet " REPOS". C'est ce que l'on essayait de nous inculquer quant nous étions " sous les drapeaux". Vous n'avez plus rien à dire !!!! "REPOS".

Et bien NON, nous avons encore des choses à dire, et nous aimerions que notre vice présidente ait un peu plus de recul par rapport à cette annulation, qu'elle reconnaisse qu'il s'est fait n'importe quoi, et que la région à l'avenir ait une lecture un peu plus respectueuse de nos exceptionnels territoires.

Nous quand nous prenons des photos d'enfants, elles sont là pour sublimer nos paysages. Nous ne les utilisons pas pour inaugurer et rendre plus acceptable la filière éolienne (voir photo de l'article Reporterre)

jeudi 30 novembre 2017

De bonnes nouvelles en Lozère, mais restons vigilants ???

En Lozère les associations qui se sont investies dans la défense des enjeux du patrimoine (naturel, paysager, culturel,...) peuvent se réjouir d'un résultat, qui les encouragent à persévérer dans leurs actions.
En quelques mois nous avons vu :
- l'annulation du permis éolien de la Villedieu par la Cour Administrative d'Appel de Marseille
- l'annulation du Schéma Régional Eolien du Languedoc Roussillon par cette même cour d'appel
- la confirmation de l'annulation du permis de la Villedieu par le Conseil d'Etat 
- et récemment la reconnaissance par les services fiscaux de l'association des Robins des Bois de la Margeride comme une association d'intérêt général.

Mais il ne faut pas s'endormir sur ces résultats, car il reste plusieurs dossiers autorisés ( Le Born, Champcate, Lou Paou II, les Taillades) qui risquent de mettre à mal l'identité du massif de la Margeride, et les autres projets à l'étude.

Car il ne faut pas se faire des illusions, nous avons face à nos bonnes volontés, un lobby puissant : un état qui a programmé un projet de transition énergétique contestable, des professionnels de l'éolien qui veulent profiter des conditions financières et fiscales extraordinaires, des élus locaux et régionaux qui vont dans le sens d'un discours dominant considéré comme la vérité, etc.....

Si vous voulez un peu mieux comprendre ce contexte de l'industrie de l'éolien, nous vous invitons à lire cet article de Reporterre en lien.

En sachant qu'il faut relativiser certaines idées dont par exemple  :
- la durée importante de concrétisation d'un projet, n'est pas due à la complexité des procédures, et aux nombreux recours. Dans le champ de l'industrie de nombreuses activités sont soumises aux mêmes contraintes sans qu'il soit soulevé ce type de récrimination. En réalité nous avons sur les projets éoliens de petites structures "paravent" avec une compétence moyenne qui montent leur projet, en pensant qu'en surfant sur l'éolien qui va sauver la planète, elles peuvent s'imposer localement sans problèmes.
- la réalité économique de l'éolien est loin d'être si positive, quand on voit les restructurations, les nombreuses suppressions d'emploi, et surtout les surcoûts d'adaptation des réseaux, sans compter les risques de black out très pénalisant pour l'activité sociale et économique.
- l'efficacité de la filière éolienne est très contestable
- le discours sur le réchauffement climatique est discutable
- le discours sur la peur du nucléaire, et le lobby nucléaire qui freine l'essor de l'éolien est un peu éculé ; les soit-disants ingénieurs des mines pronucléaires se retrouvent certes à EDF, mais on en retrouve à la direction des DREAL qui ont mission de favoriser le développement des énergies renouvelables, et nos petites associations de Lozère ne sont en rien pronucléaires.

Et aujourd'hui il faut continuer à être vigilants et réactifs, car comme le disaient certains écrits "La bête n'est pas morte".

 En Région nous avons des élus qui sont prêts à favoriser le mitage éolien malgré la qualité exceptionnelle de nos espaces ; d'ailleurs la Région nous a combattu dans notre recours en annulation du schéma éolien devant la cour d'appel de Marseille.
 Nous avons le lobby éolien en région qui s'exprime pour faire la publicité de leurs énormes machines, et inciter ainsi la population à accepter le mitage éolien de leurs espaces ruraux. Comme le montre la carte de l'article de Midi-Libre, regardez en Lozère il y a trois fois plus d'éoliennes que dans la Gard, alors que dans ce département la population est dix fois plus nombreuse, et la consommation électrique encore bien plus, et pourtant il y a plus de vent, et une aérologie plus constante.
Nous avons le projet de renforcement des réseaux Estrella sur Langogne, pour assurer sur le secteur le développement de l'éolien, et nous avons au sud l'énorme projet de transformateur de l'Aveyron dont la zone d'influence de renforcement des réseaux vient aussi sur notre secteur de Lozère convoité  par les promoteurs. 
Il est reconnu que ce transformateur n'est programmé que pour évacuer les nouvelles productions électriques du sud du massif Central, c'est à dire qu'il est reconnu que l'on veut pourrir nos espaces ruraux de montagne par l'éolien, alors que nos territoires n'ont pas besoin de production électrique complémentaire.

Vous pouvez vous exprimer à l'enquête publique de ce projet de transformateur contestable, en allant se renseigner sur le site des enquêtes de la préfecture de Rodez, mais surtout en consignant un avis défavorable sur le site numérique de l'enquête ; vous avez jusqu'au 8 décembre pour vous exprimer

Et continuons à nous battre pour la Margeride


lundi 27 novembre 2017

Le Conseil d'Etait pourrait afficher un clap de FIN en Margeride

Avec le beau temps actuellement sur les hauteurs de la Margeride, il fait un temps exceptionnel, qui incite à la marche, et permet de voir des vues dégagées sur nos extraordinaires panoramas.
Mais déja au XVIIIème siècle Cassini avait compris l'intérêt des lieux, car c'est là qu'il a expérimenté ses méthodes de triangulation pour réaliser ses fameuses cartes, qui sont les ancêtres de nos cartes d'état major et de nos cartes actuelles IGN au 1/25.000.

Mais depuis on travaille avec des photos aériennes, et surtout des clichés satellites. Eh oui la technologie avance, mais pas partout. En matière d'énergie on semble plutôt s'engager dans des programmes d'énergie renouvelable, dont l'intérêt est loin d'être démontré, mais comme on fait croire à la population sous-informée que c'est gratuit, alors on fait n'importe quoi, comme par exemple dans l'éolien industriel en Margeride

Et bien le Conseil d'Etat semble aujourd'hui cohérent ; comme relaté dans notre dernier blog il a rejeté le recours du promoteur du projet éolien de la Villedieu. Ce qui veut dire qu'il valide le principe du respect des articles la loi Montagne reconnu dans l'arrêt de la Cour de Marseille, qui a annulé le permis éolien de la Villedieu

Vu cet arrêt du CE, vu les enjeux de paysage, de respect des caractéristiques du massif de la Margeride, normalement nos services de l'Etat (DDT et DREAL)  et nos élus devraient inclure ce massif en zone défavorable à l'éolien industriel.

Mais les profondeurs et la complexité de nos services et de nos politiques, nous incitent à être prudents, car "en même temps", ils peuvent dire une chose et ensuite faire son contraire. L'exemple de loi Montagne en est un grand exemple, si vous êtes curieux, allez lire les textes, les avis, les arrêtés sur l'éolien en France, il a toujours été occulté la prise en compte des articles de la loi Montagne qui précisent la nécessité  de vérifier dans le cadre des autorisations le respect du patrimoine agricole, culturel, naturel et paysager des espaces montagnards

Mais ne désespérons pas, avec ce beau temps en se promenant sur les hauteurs de la Margeride, nous avons  remarqué que le panneau d'affichage de l'autorisation du projet éolien de la Villedieu, faisait l'objet d'un Tag très pertinent,  pour une fois "un land-art", qui s'apparente à du "street-art" et qui a du sens.

Finalement cette expression est "en même temps"  très en phase avec la signification du "tag street-art"  visible au 186 rue Nationale Paris 13, et dont une reproduction était à l'arrière plan du président de la république dans son bureau de travail lors de sa dernière intervention à la télévision.




 En Margeride comme un symbole avec cet arrêt du CE, le droit et les fondements de nos institutions peuvent encore avoir finalement raison, mais il faut continuer à être vigilant, et être des habitants debout avec un cerveau qui fonctionne encore.



samedi 25 novembre 2017

Le Conseil d'Etat et l'éolien en Margeride Lozère

En avril de cette année, nous vous avions fait part que l'association Les Robins des Bois de la Margeride et d'autres requérants avaient vu leur recours contre le projet éolien de la Villedieu validé par la Cour Administrative de Marseille, qui a annulé le permis de construire éolien de la Villedieu.

C'était donc afficher officiellement la validation des points de vue de l'association des Robins contre l'éolien en Margeride, et  son interprétation de l'application de la loi Montagne.

Et bien aujourd'hui cette position des Robins de Bois de la Margeride est confirmée par un arrêt du Conseil d'Etat qui rejette le recours du promoteur du projet éolien, validant ainsi la décision de la Cour d'Appel Administrative de Marseille.

En Lozère le Conseil d' Etat cela doit être un OVNI, car certains de nos élus, certains de nos cadres de l'administration Etat en Lozère, semblent continuer à croire que l'application de la loi Montagne, c'est du "Pipo"  face à la pression du lobby éolien ; et bien NON cette loi a plus de valeur  que la loi sur la transition énergétique, qui est bien bien plus récente, et qui oublie de prendre en compte la réalité de certains de nos espaces ruraux de montagne très sensibles à certains projets d'aménagement, et dont les règles de protection sont clairement précisés dans les articles du code de l'urbanisme

Pour les incultes qui ne veulent pas faire l'effort de comprendre la réalité de notre droit français, les orientations de la loi Montagne datent d'une directive nationale de 1977 d'aménagement du territoire, reprise par la loi du 09 janvier 1985 sur la Montagne, grande loi d'aménagement qui n'a pas été remise en cause depuis.

Et en Lozère on semble oublier, aussi bien nos responsables administratifs de l'Etat, nos responsables locaux et régionaux , que tout le département est en zone d'application de la loi Montagne, enfin sauf pour les petits, agriculteurs ou résidents qui font de petits projets sans incidence sur le territoire, et à qui on oppose la règlementation Montagne. Mais par exemple pour des éoliennes de 180m de haut sur la commune de Lachamp, ou un projet éolien sur le massif des Taillades qui va impacter un territoire de montagne emblématique,  alors là personne ne bouge : ni nos élus locaux et nationaux, ni les commissaires enquêteurs, ni notre administration, ni notre président des maires de la Lozère.

Vous comprendrez donc que cette décision du Conseil d'Etat nous conforte dans les positions objectives et juridiques que les associations locales essayent de faire prendre en compte en Lozère, en s'opposant à l'éolien industriel.


Vous ne trouverez pas ces informations dans la presse locale. Ah si vous aurez des petits billets de lecteurs "qui n'ont pas la science infuse" mais essayant de faire passer nos associations pour des "égoistes" sans arguments objectifs, vous avez même des éditos sur la disparition de l'avifaune, mais par contre c'est omerta sur ces énormes machines qui détruisent l'avifaune ; un désastre pour l'avifaune reconnu aussi par le Conseil d'Etat qui a annulé récemment un permis éolien dans l'Hérault face au risque de destructions d'espèces protégés





lundi 20 novembre 2017

La transition énergétique c'est fastoche à comprendre, même en Lozère

Tout le monde est pour l'énergie verte, nos médias nous en présentent sans cesse les bienfaits, sans se poser des questions très simples : comparer les puissances, les facteurs de charge, les coûts d'investissement, les surcoûts  liés à l'adaptation des réseaux, les puissances et les coûts des équipements de stockage, les délais de mise en oeuvre, et plus encore.

Nicolas Hulot a du se poser à minima ces questions, sans par contre nous préciser la validité des scénarios, qui pour l'instant ont du plomb dans l'aile, vu la décision de reporter la fermeture des centrale nucléaires.

Nous sommes souvent en présence d'apprentis sorciers qui sont uniquement dans le discours, et qui vont nous plomber à terme notre économie, déja suffisamment fragile ; et la presse sur le sujet ne fait pas son boulot d'investigation et d'information ; elle est dans le discours dominant, ou (et) préfère faire le buzz sur "l'avalage de couleuvres".

Prenez le temps de lire le texte de Jancovici ; il n'y a rien d'incompréhensible, mais il faut prendre le temps de délier la complexité de cette problématique de la transition énergétique. Pour une fois nous ne sommes pas dans le discours, mais dans l'affichage de constats tangibles, qui montrent que sur ce sujet on a  pris et on prend encore les français pour des demeurés. Or les français qui gèrent leur budget familial sont dans leur majorité bien plus sérieux, d'ailleurs ils y sont bien obligés.

Est ce bien raisonnable, face à ce constat déplorable d'une planification de la transition énergétique qui ne tient pas la route, et même d'un discours écologique qui tient plus du lobbying ou de la croyance religieuse, de laisser nos espaces naturels de la Margeride, être le terrain de chasse de promoteurs éoliens qui ne cherchent que leur profit immédiat, sous le couvert généreux de la lutte contre l'effet de serre, de l'illusoire création d'emplois, ou d'illusoires retombées économiques.

Bonne lecture


Nos espaces de Margeride sont encore des espaces de ressourcement, nous sommes tous concernés

jeudi 16 novembre 2017

Et si on parlait d'électricité en Lozère

Et si on parlait d'électricité.

La presse au lieu de rapporter inutilement des propos idiots " Hulot aurait avaler des couleuvres" en reportant l'objectif de fermeture de certains réacteurs, alors qu'il n'essayait qu'être pragmatique, face à la problématique de la sécurité de l'alimentation électrique de l'ensemble du pays, ferait mieux de nous informer correctement sur les questions énergétiques, au lieu du bla-bla sur les énergies renouvelables qui vont sauver la planète.

Pourtant les problématiques sont faciles à identifier :

Lisez le compte rendu du Comité Central d'Entreprise d'EDF, il est très clair sur les risques de black out, sur les enjeux de développement de l'entreprise en vue d'assurer la sécurité de notre approvisionnement électrique.

Pendant ce temps le président de RTE veut nous rassurer de tout délestage cet hiver, c'est de bonne guerre, un peu comme le faisait Ségolène en son temps pour ne pas remettre en cause son discours permanent sur le renouvelable. Mais c'est le même président qui a convaincu récemment Hulot de revoir sa copie, il y a bien un risque !!!!!!!! mais si ce président en parle c'est qu'il y a problème.


C'est aussi ce même président qui encore récemment, alors député était le fer de lance, pour favoriser la multiplication des éoliennes soit disant créatrices d'emplois. Pour l'instant à ce sujet de l'emploi on ne voit pas grand chose, et Michel Gay nous le rappelle dans un article de Contrepoints

 C'est dans ce contexte que l'on risque de couvrir la Margeride, un grand massif encore naturel, par des projets éoliens élaborés sans concertation, et sans respect des enjeux locaux. La cour d'appel administrative de Marseille l'a encore reconnu en annulant le schéma régional éolien du Languedoc Roussillon.

Et en Lozère il faut être vigilant en amont, avant qu'il ne soit trop tard. Pour info, récemment un texte de loi vient de permettre aux éoliennes industrielles de ne pas être démolies, en cas d'annulation définitive des autorisations ; çà sentait le roussi pour ces équipements : le Conseil d'Etat vient d'annuler les autorisations du parc éolien de Lunas, elles resteront donc en place !!!!!!!!!

Eh oui, la loi n'est pas la même pour tout le monde, essayez en Lozère, zone de montage, de ne pas être en règle avec la loi sur l'eau, le code de l'urbanisme, vous seriez immédiatement sanctionnés. Mais pour un lobby éolien qui fait des profits en profitant de taxes indues sur notre consommation électrique, là tout est permis, ; il est encore question pour ce lobby de "simplifier" la réglementation. qui serait trop lourde, trop contraignante?????? Comme c'est bizarre, cette même réglementation qui s'applique pour d'autres industries (ex : les carrières) depuis plusieurs dizaines d'année n'avait jamais fait l'objet de cette contestation.

Vous comprenez pourquoi les associations en Lozère essaye de bloquer ces mauvais projets en amont ; c'est ce qu'essaye de faire l'association des Robins des Bois de la Margeride et Urgence Nature sur le projet des Taillades.

 L'abbaye de Notre Dame des Neiges


samedi 11 novembre 2017

L'arrêt de la cour d'appel annulant le schéma éolien du Languedoc

Notre région Occitanie se veut une région à énergie positive ; c'est le discours à la mode, mais avec des mots creux. De grandes promesses, mais déja il y a quelques jours nous vous avions fait part que l'Etat ne pouvait répondre aux différents programmes locaux à énergie positive suite à la faiblesse de la programmation des financements prévue par l'ancien gouvernement.

On est toujours dans le discours creux, la fameuse promesse de réduction à 50% du nucléaire tombe à l'eau, par impossibilité d'atteindre les objectifs prévus au calendrier, non pas par manque de discours politique, mais par incompétence, par manque total de vérification préalable.

En ce jour du 11novembre, c'est avec ce manque total d'anticipation qu'en 14 on a envoyé des millions de jeunes à la mort, qu'on a vidé nos campagnes de ses forces vives, qu'on a par effet encore de manque d'anticipation en 18, créé les conditions génératrices de la guerre de 39-45 faisant encore des millions de mort.

Vous allez dire qu'il n'y a pas de relations, et bien si il y en a une dans l'incohérence de nos politiques, et le climat délétère  actuel de nos partis en débandade en est un signe.

Mais revenons à l'Occitanie,  rappelez vous un blog ancien dans lequel nous vous faisions part de l'annulation du schéma régional éolien de Midi Pyrénées, et bien aujourd'hui c'est le schéma éolien régional du Languedoc Roussillon qui est bien annulé, et donc notre région Occitanie à soit disant énergie positive se retrouve sans schémas éoliens au motif d'absence d'évaluation environnementale.

Qu'est que cela veut dire cette absence d'évaluation environnementale ?

Une chose très simple, nos responsables ont décidé que la population étant sans doute soit sans culture, soit abrutie par notre société de consommation, qu'il était loisible de faire n'importe quoi, c'est à dire afficher que l'on pouvait mettre n'importe où des engins industriels énormes, bruyants, très coûteux, peu efficaces., et ce sans vérifier les problématiques d'environnement. (tout le territoire du Languedoc Roussillon avait été déclaré en zone favorable à l'éolien industriel, sauf la commune de Celles dans l'Hérault dont une grande partie est sous le lac du Salagou !!!!!!).

Ah si nos responsables ont bien affiché les multiples données environnementales qui sont connus de tous (sites protégés, monuments historiques, réserves, parcs nationaux, etc)  ils ont oublié d'analyser les plus de 80% du territoire non protégés réglementairement, mais qui pourtant doivent faire aussi l'objet d'un minimum de prise en compte en matière d'environnement comme le précisent nos différents textes réglementaires nationaux et européens

Ce qui veut dire aussi que cette absence de vérification environnementale sanctionnée par la cour d'appel, veut bien dire qu'il n'y a eu aucune réflexion préliminaire suffisante sur les thématiques des paysages, de la biodiversité, du bruit, de l'atteinte au cadre de vie, etc..sans parler de la cohérence économique, énergétique, sociale. et que donc la cour d'appel n'a pas jugé nécessaire de répondre sur ces différents points soulevés par les requérants, la cour d'appel estimant que ce motif d'absence d'évaluation environnementale y répondait amplement.

Que faut-il en déduire ?
 A force d'être dans le discours on fait n'importe quoi, c'est le bonheur des promoteurs qui se croient partout en terrain conquis, c'est le bonheur de certains propriétaires qui espèrent faire du fric sur la location de leurs terrains sans tenir compte des impacts sur les habitants riverains, c'est le bonheur de certains élus qui espèrent trouver des ressources financières supplémentaires pour assurer l'avenir de leur égo, et plus encore.

Et c'est avec ce contexte que le permis éolien des taillades a été autorisé, en méconnaissance complète de la proximité de l'abbaye de Notre Dame des Neiges



Certes cette abbaye est récente, construite dans les années 1850. Mais elle a été reconstruite sur le grand site d'une abbaye initiale construite il y a environ 1000 ans, à l'époque des grands mouvements monastiques du moyen âge. Une implantation dans un vallon de montagne, entre l'évêché de Viviers et celui de Mende, sur la limite du Massif de la Margeride, sur la route de la Regordane qui a été pendant plusieurs siècles l'axe reliant le royaume de France à la Méditerranée, mais aussi le chemin des pélerins en route pour le site emblématique à l'époque de Saint Gilles.


Nous avons là un site exceptionnel chargé d'histoire et de culture, qui mérite d'être protégé au titre de loi Montagne, un site exceptionnel par son intégration paysagère dans ce vallon de la Margeride, mais aussi par la qualité et l'organisation du bâtiment principal de l'abbaye, une architecture concise, sobre, très illustrative de l'architecture monastique.

Les abords de cette abbaye sont encore intacts, et après 1000 ans d'histoire c'est un établissement qui continue son chemin,  il serait dommageable que les ligne de forces du paysage, que l'identité de ce patrimoine religieux et historique,  soient dégradés par l'implantation de ces grands équipements industriels, très visibles depuis le bâtiment principal ; les éoliennes sont très visibles dans l'axe de l'entrée principale de l'Abbaye, c'est dire l'incohérence de ce projet.

Et que dire des flashes lumineux de sécurité la nuit ; la commissaire enquêtrice qui a formulé un avis favorable, copie coller des avis en réponse en fin d'enquête du promoteur, avait dit "la nuit les gens ils dorment" ; et bien madame dans une abbaye les moines se lèvent la nuit pour aller prier, en particulier pour faire évoluer la bêtise de notre monde actuel.


Mais notre démocratie nous permet encore de s'exprimer, et de s'opposer à ce mauvais projet, c'est ce que font des associations lozériennes comme les Robins des Bois de la Margeride et Urgence Nature







vendredi 10 novembre 2017

Le schéma régional éolien du Languedoc Roussillon annulé

Nous venons d'apprendre que la Cour d'Appel Administrative de Marseille vient de confirmer l'annulation du schéma régional éolien du Languedoc Roussillon.



 Nous  mettrons en ligne sur ce blog l'arrêt de la cour d'appel
Rappelez vous notre demande d'annulation de ce schéma avait été rejeté par le TA de Montpellier à quelques jours de l'ouverture de la COP 21 , ce grand raout environnemental international prévu pour remettre en selle notre président de l'époque. Il ne fallait donc pas faire désordre, et nos juges administratifs ont jugé bon d'argumenter n'importe quoi pour rejeter le recours d'associations et particuliers lozériens, sans doute considérés comme "vulgum pécus".
Et bien la persévérance de quelques uns paient, malgré des discours foireux de certains de nos responsables qui nous considèrent comme des pronucléaires, des contre-tout, des égoistes, des NIMBY, etc...la cour d'appel de Marseille confirme notre interprétation des textes relatif à la protection de l'environnement, comme elle l'a fait il y a quelques mois concernant notre interprétation de la loi montagne en annulant le PC éolien de La Villedieu.

Cet arrêt tombe alors que N. Hulot vient de remettre en cause la politique de fermeture de réacteurs nucléaires, pour en fait absence totale de vérification préalable de la faisabilité de cette politique. Mais qu'à cela ne tienne il se fait allumer par des pseudos écolos qui ont un discours irresponsable sur la réalité des problématiques économiques, énergétiques, sociales, liées à nos futurs choix énergétiques.

Mais notre société va mal, et on entend n'importe quoi. Rappelez vous cet article de Midi Libre où pour sans doute faire passer l'acceptabilité de l'éolien, un journaliste nous dit que la beauté c'est subjectif. C'est grave, en Lozère on veut faire passer les gens pour des demeurés, mais nous avons encore un cerveau qui fonctionne, et quand notre président va faire un discours sur la beauté à Abu Dhabi, cela nous conforte dans notre opposition raisonnée au mitage éolien de la Margeride ; oui au respect de la beauté de nos territoires contre une pression salafiste,colonialiste, et obscurantiste de la Margeride.

Et pour rappeler aux lozériens qu'il se fait n'importe quoi sur leur territoire : réfléchissez un peu à la lutte de ceux qui s'opposent au projet éolien des Taillades/
- Alors que sur le récent "Racines et des Ailes" on mettait en valeur la politique de préservation des nuits étoilées du PNC et des communes riveraines, car il faut un ciel peu pollué la nuit pour voir la voute céleste et ses mystères, politique ayant fait l'objet de récents articles dans Lozère Nouvelle, nos responsables et nos journalistes sont muets sur la future pollution lumineuse du projet éolien des Taillades.
- Alors que tous célèbrent l'intérêt du chemin de Stevenson (paysager, historique, culturel, économique), c'est l'omerta sur l'atteinte à un site emblématique : l'abbaye de Notre Dame des Neiges, qui a accueilli Steveson lors de son passage, qui a accueilli le père de Foucault, et qui reste un lieu emblématique dans la mémoire des lozériens.




Aussi dites NON à l'éolien industriel sur la Margeride