mercredi 10 octobre 2018

Quand on parle des paysages en Lozère !!!!!!!!!

Ce début septembre 2018 il s'est tenu à Mende une conférence internationale sur le paysage rural.
0n en parle dans la Lozère Nouvelle  du 13 septembre.

Cette conférence était organisée par une structure se préoccupant des paysages européens pour la qualité de la vie. (PECSRL)

Nous dans notre blog on se préoccupe depuis de nombreuses années de cette question, à partir du risque du mitage éolien. Et bien entendu dans le cadre des enquêtes publiques nous avons été traités d'admirateurs passifs du paysage ( voir l'avis du commissaire enquêteur du projet éolien du Born annulé par le TA de Nîmes au motif de non prise en compte des paysages) ; dans une autre enquête le rapporteur de la DREAL a considéré que nos avis émanant de personnes non limitrophes aux projets avaient sans doute moins de valeur que les avis favorables locaux ; dans d'autres cas il nous a été très fréquemment répondu que le paysage c'est subjectif, etc, etc.......

Sur le site du PECSRL regardez bien les sigles des organisateurs de cette conférence, ils viennent débattre du paysage en Lozère, et il sont loin d'être d'être passifs,  d'être locaux,  d'être subjectifs. Ce sont des professionnels et des chercheurs, et si ils viennent échanger à Mende, c'est bien le signe que nos paysages de Lozère sont exceptionnels, et qu'ils méritent d'être ménagés. C'est bien ce que nous précisons depuis de nombreuses années dans ce blog..

Par contre ce qui nous semble préoccupant, c'est que dans ces débats, au vu de cet article et du site d'information du PECSRL nous ne voyons pas la présence de la DREAL, de la Région, du département. Pourtant ils ont tous des responsabilités sur ce sujet : la DREAL a des missions relatives à la prise en compte et à la protection des paysages, la Région a largement fait cas dans  ses positions et ses publications de l'importance du patrimoine paysager du territoire, le département a exprimé l'importance du patrimoine paysager dans les atouts de développement de la Lozère.
Pour un colloque européen à Mende, il est manifeste qu'il est sans doute difficile pour certains services de venir parler de la prise en compte de la directive européenne des paysages quand on regarde les sanctions judiciaires sur les récents dossiers éoliens en Lozère. (annulation du schéma régional éolien, annulation de 2 projets éoliens, au titre de non prise en compte de l'environnement, du patrimoine et des paysages).

Dans notre blog, il nous est arrivé aussi de parler des relations entre la santé, la joie de vivre et la qualité des paysages environnants ; le dire ce n'est ni passif, ni subjectif. Ce débat sur la santé a aussi été traité à ce colloque de Mende, d'ailleurs le journal Science et Avenir en parle dans son compte rendu en ligne sur son site. En Lozère les journaux locaux ont fait l'impasse sur ce sujet, ils doivent penser que ça ne doit pas intéresser les lozériens

Dans l'article de Lozère Nouvelle il est fait cas d'un thème de réflexion  sur le paysage et énergie renouvelable ; nous aurions apprécié avoir quelques précisions sur la teneur des réflexions sur ce thème.

Lors de ce colloque, Lozère Nouvelle  dans son article précise quelques éléments de débat sur le loup, sur les évènements sportifs, sur les sectionnaux, etc. mais rien sur l'éolien industriel. Nos professionnels avaient pourtant localement de la matière sur le sujet tant sur des points sociétaux, paysagers, que juridiques, et plus encore :
- Il suffit de rappeler la dégradation de la ligne de crête du massif des Taillades par l'aménagement d'une large piste sur plus de 10km pour permettre l'accès d'un projet éolien, et ce en zone d'application de la loi Montagne.
- Il suffit de rappeler le risque d'incohérence de ce même projet avec la réserve internationale de ciel étoilé sur l'est de la Lozère (nos ciels lumineux et encore intacts de Lozère c'est aussi du paysage)
- Il suffit de rappeler l'incohérent projet éolien sur Bourg sur Colagne, en limite du site inscrit UNESCO, et dans le périmètre du PNR Aubrac.


Si ce projet de grandes éoliennes de 150m de haut est réalisé dans ce site exceptionnel sur les hauteurs de Bourg sur Colagne, le journal Lozère Nouvelle dans quelques années ne pourra plus faire un titre sur "Le bonheur est dans les paysages"

Mais le journal est sans doute prudent, et même conscient des risques de dégradation de nos territoires de Lozère, mais sans les développer, il ajoutait à ce titre de l'article un point d'exclamation.

!!
!


lundi 1 octobre 2018

Lozère Nouvelle nous informe des irrégularités de l'éolien industriel sur le massif des Taillades

En page 7 du Lozère Nouvelle  du 27 septembre à la page "FAITS DIVERS" il est résumé les différentes irrégularités du chantier industriel éolien des Taillades, qui a fait l'objet d'une plainte devant le procureur de la république par les associations Les Robins de Bois de la Margeride et Urgence Nature.

Le journal présente ça comme un petit fait divers ; il est vrai qu'une route presque nouvelle en ligne de crête d'un massif identitaire, en pleine zone d'application de la loi Montagne, dans un secteur reconnu comme emblématique de la Lozère, et ce de façon non conforme au dossier autorisé, ça ne peut être traité que comme un fait divers. En Lozère le journal a sans doute le sens de l'humour en parlant "d'un petit chemin de la discorde sur ..... 13km". 

Il y a là un vrai problème de société, on ne sait plus hiérarchiser les problématiques d'actualité . On monte en exergue des faits divers sans intérêt comme l'affaire Bénalla, et les larmes de Hulot, mais par contre face à des irrégularités graves on ferme les yeux . Sur ce dossier éolien des Taillades il y en a plusieurs soulevées par les associations, en particulier sur la voie d'accès, et on comprend l'humour de l'article du journal sur "un petit chemin de la discorde sur ..... 13km". Car "en même temps"le rapporteur de la DREAL avait sans doute le même humour  en minimisant les travaux sur la voie d'accès comme le montre cet extrait de son rapport devant la commission départementale des sites. 

"Cet itinéraire de 7 km jusqu’à la première machine de l’alignement Nord ne nécessitera que des travaux de régalage et élargissement modéré de la piste existante (passage à 4 m de large) sans impact important, la piste actuelle étant pour l’essentiel de niveau avec les terrains environnants, et sans végétation riveraine"

En fait quand on regarde le courrier envoyé au procureur, (en lien en fin de notre page de blog du 6 septembre) les associations montrent que les travaux ont bien des impacts très importants car sur le terrain il s'avère qu'il est réalisé un véritable nouveau tracé d'une voie qui fait bien plus de 4m de large.

Mais c'est avec un tel rapport du représentant de la DREAL, que la Commission Départementale des Sites a été sous informée des réels impacts de ce projet éolien, pour finalement exprimer un avis favorable à ce mauvais dossier.

Il sera sans doute difficile au procureur, et aux services de l'état de répondre aux associations que c'est un petit chemin sans impact important.


Il fut un temps où sur ce secteur de la Lozère on savait encore réaliser des aménagements qui avait du sens. Rien à voir avec ses énormes girouettes industrielles qui ne sont que de la spéculation à court terme financée sur le dos des consommateurs au travers de la CSPE



mardi 25 septembre 2018

Informons nous en Lozère sur l'éolien industriel

Nous essayons depuis plusieurs années de faire le relai d'une actualité que l'on voit peu développée dans nos médias.

A ce sujet nous vous mettons en lien la lettre du 24 septembre de la FED, qui synthétise quelques points scandaleux du discours formaté et trompeur sur la transition énergétique et sur l'éolien industriel en France. Les quelques références citées dans cette lettre de la FED montre bien que l'on prend les citoyens pour des cons.

A nous en Lozère de réagir localement ; plusieurs associations le font face à la pression éolienne sur nos exceptionnels territoires de montagne. Ces territoires sont un bien commun du département qu'il faut savoir ménager pour garantir un avenir durable.





Bonne lecture