jeudi 14 septembre 2017

En Lozère le patrimoine ce n'est pas l'éolien , mais ses espaces naturels

Bientôt les 16 et 17 septembre ce sera les journées du patrimoine. Alors ne nous trompons pas, le vrai patrimoine en Lozère c'est : ses paysages exceptionnels, ses grands espaces encore naturels, ses 4 grands massifs identitaires, son patrimoine architectural, son maillage de fermes, de hameaux, de petits villages et de petites villes non destructurés par une urbanisation galopante, son agriculture encore à l'échelle humaine, et plus encore....

Et pourtant en France certains promoteurs éoliens se permettent d'inclure leurs projets dans ces journées du patrimoine. Du n'importe quoi, et l'article d'Economie Matin est suffisamment clair sur ce qui sera dans quelques années le scandale de l'éolien.

Mais nous sommes habitués à ces faux discours justifiant le massacre de nos espaces ; il suffit de lire certains textes des promoteurs :


« Un paysage n’existe que s’il est interprété par un observateur, il évolue avec les besoins et le développement de la société. Il est donc subjectif et sa lecture variable. Une construction ou un aménagement peut être décrié à l’époque de sa création et être classé ou devenir emblématique à une autre période".

"c’est plus délicat, même si le problème du paysage est le plus difficile à régler car très subjectif"


"Le paysage est un objet d’analyse subjectif étudié de façon sensible par un paysagiste qualifié et indépendant, utilisant des outils et des méthodes objectifs. Cette démarche et ces études ont été validées par les services administratifs compétents pour instruire ce type de dossier"

Quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage, et quand on est ignare ou quand on veut faire passer un projet déstructurant pour le paysage on dit que le paysage est subjectif, ou alors on dit que le projet a été vérifié par un professionnel qualifié et des services  compétents. Mais on ne dit pas que ce professionnel est rémunéré pour justifier le projet, et que les services ont pour mission de favoriser la filière


Bien sûr le paysage n'est subjectif que pour ceux qui ne veulent pas faire l'effort de comprendre, où ceux qui veulent faire imposer leur points de vue ou (et) leurs intérêts.

Car en fait le paysage est bien une notion objective :

Au titre culturel, cela fait plusieurs siècles que dans nos civilisations le paysage est une notion qui s'est formalisée au travers des écrits, des réalisations, des pratiques de gestion de l'espace etc... et il suffit aujourd'hui de lire la presse, de se rendre dans une librairie ou une bibliothèque, d'aller au cinéma, d'aller au musée voir des peintres flamand du XVIIème, ou des peintres impressionnistes du XIXème, et même de voyager pour se rendre compte que le paysage est devenu aujourd'hui une composante importante de nos mémoires, de notre culture et de nos cadres de vie, et ça c'est très objectif.

Au titre juridique sans aller aux sources de notre civilisation gréco-romaine, en France depuis plusieurs siècles le droit s'est préoccupé du paysage. Aller sur l'Esplanade du Peyrou à Montpellier, si vous y appréciez les grandes perceptions paysagères à presque 360°, c'est parce qu'un édit sous Louis XV à réglementé la hauteur  des constructions afin de dégager les grandes perceptions depuis cette place royale. Nos textes nationaux sur le paysage existent et ils ne sont pas subjectifs, ils se renforcent aussi sur des directives européennes et des convention internationales. Mais le droit face à la pression de l'argent on le tord un peu, et même beaucoup face au lobby éolien. Rappelez vous les nombreuses affaires de non prise en compte de nos sites majeurs, parfois même soulevées par l'UNESCO (Mont St Michel, cathédrale de Chartes), même en Lozère le projet de schéma éolien déclarait le site inscrit UNESCO en zone favorable à l'éolien, alors que dans son rapport de présentation l'Etat s'était engagé à exclure l'éolien industriel. Le droit est objectif, mais pour l'éolien industriel en France et même en Lozère son application est parfois subjective. Par exemple en Lozère le préfet a validé une étude qui ne préconise pas les projets éoliens sur le secteur du lac de Charpal, pourtant le projet du Born sur ce secteur a été autorisé. Il y a là une erreur manifeste d'appréciation des services.

Au titre professionnel, il est évident que le paysage n'est plus depuis longtemps une notion subjective. Il existe des théories du paysage, des approches historiques, géographiques, méthodologiques du paysage, il existe de nombreuses écoles du paysage, il existe de nombreux professionnels du paysage, il existe des fonctionnaires en charge du paysage, etc......mais il existe aussi des professionnels qui pour être rémunérés ou pour aller dans le discours dominant sont près à justifier tous les projets.

Au titre sociétal : il existe en France de très nombreuses structures qui se préoccupent du paysage, dont par exemple la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France. Et aujourd'hui plus d'un millier d'associations se structurent pour lutter contre le mitage de nos espaces ruraux par l'éolien industriel, entre autres au titre du paysage ; ça fait beaucoup de personnes et de structures qui ont une approche concordante et argumentée, et qui sont très loin d'être subjectives. Aussi nous afficher que le paysage c'est subjectif, c'est nous prendre pour des cons. Mais la connerie avec des médias qui sont subventionnés ou (et) liés par les rentrées publicitaires et donc attentifs à privilégier un discours langue de bois dans de nombreux domaines, est devenue un fait dominant en France . Il suffit de suivre l'actualité médiatique pour s'en convaincre.

Alors ne nous laissons endormir par tous ceux qui nous parlent de subjectivité, nous traitent d'admirateurs passifs du paysage, de contre tout ; ne nous laissons pas endormir par nos élus qui parlent sans arrêt de la beauté de nos paysages mais qui ensuite laissent faire n'importe quoi ; ne nous laissons pas endormir par certains services qui aux ordres d'un discours dominant oublient de faire respecter certains textes nationaux comme la loi Paysage, la loi Montagne, et d'autres comme la Convention Européenne du Paysage,....

Car la Lozère mérite que l'on ménage nos grands espaces ; le sud de la Lozère avec l'inscription UNESCO et l'Aubrac avec le projet de PNR qui devrait être validé début 2018, sont des espaces qui peuvent être protégés de l'éolien industriel, sous réserve d'être vigilants ( sur l'Aubrac il y a toujours les projets de Chauchailles, de La Fage Montivernoux, de La Chaze de Peyre, du Monastier,..).
Mais les menaces sont grandes sur la Margeride, raison de plus pour ne pas s'endormir, et en  cette période des journées du patrimoine lozérien, raison supplémentaire de faire part à nos élus de notre opposition au mitage de cet exceptionnel massif.


mardi 5 septembre 2017

Ah si Emmanuel Macron était Lozérien

Il suffit qu'un président ait une résidence locale, pour que notre ministre "solidaire" suspende un projet éolien au large du Touquet.

Une habitante à Saint Hilaire en Plaine en Creuse, a proposé au président de lui faire don d'une maison, en espérant qu'ainsi notre ministre "solidaire" suspendra l'éolien en Creuse.


Ah si notre président était lozérien, notre ministre de la transition écologique et solidaire, serait sans doute plus sensible et "solidaire" au respect de nos grands espaces naturels de Lozère, et face à la problématique de l'éolien industriel dans nos espaces ruraux de montagne aurait une réponse un peu plus pertinente que de répondre stupidement "on ne peut pas être contre tout".

Pourtant si l'on lit l'actualité dans la presse nationale, les bienfaits et les pratiques de la filière de l'éolien industriel sont loin d'être pertinents.
Nous vous engageons à lire un article récent de la dernière semaine de ce mois d'août de l'hebdomadaire MARIANNE à ce sujet 
Et nous vous engageons aussi à lire cet article en lien sur Economie Matin et ne pas se laisser embobiner par tous les discours sur les emplois créés par l'éolien en France.
Lisez aussi cet article récent du Figaro sur "Nos très chères éoliennes"

Et oui si Macron était Lozérien, sans doute que nos arguments seraient un peu mieux pris en compte par nos décideurs locaux et nationaux. 

 Pourtant la Lozère est belle

Mais ne rêvons pas, la seule façon de faire respecter notre patrimoine et nos grands espaces de vie, c'est d'être réactif, et ne pas se laisser endormir par un discours dominant sur les bienfaits de l'éolien, et sur la compétence de nos élus et de nos décideurs. 
La démocratie c'est encore le droit d'expression, et de participation des citoyens sur nos choix de société, et sur les choix locaux d'aménagement.
Alors exprimez vous auprès de vos élus, et même auprès de la presse locale

samedi 26 août 2017

On parle de nos paysages en Lozère

Nous avons bien noté dans le dernier "Lozère Nouvelle" du 24 août la présence de 2 articles contestant le risque de mitage éolien de la Margeride.
1 / sous la rubrique "Libre Propos" un article de l'association Collectif Limagnole Haute Truyère, qui s'est exprimé intelligemment et écologiquement lors du Tour de France, du Land Art avec un NON à l'éolien très expressif dans nos terres agricoles de montagne.
Nous rappelons que lors de cette étape du Tour, tous les journalistes ont été impressionnés par la beauté et l'intégrité de nos paysages et de nos espaces naturels de l'Aubrac et de la Margeride. Il n'y a qu'en Lozère que certains de nos dirigeants ont la vue courte, et sont près à laisser saccager ce potentiel extraordinaire.

2 / Un article rappelant le goûter combatif contre l'éolien proposé par les associations Vents de Lozère et A Contre Vents, et leurs combats contre le mauvais projet éolien de Lou Paou II.

Ces 2 articles montrent bien  qu'il y a encore des lozériens fiers de leur territoire, et qui ont le courage de s'exprimer contre une colonisation industrielle de l'éolien en Margeride, dont l'intérêt est essentiellement financier pour quelques uns, et ce sans aucun respect de notre patrimoine, de notre cadre de vie, de notre environnement.

Et surtout il faut les encourager à être vigilants, car il ne faut pas compter sur nos dirigeants au niveau local et au niveau national pour défendre nos espaces ruraux de montagne. 
Nous vous mettons en lien une vidéo sur  la question récente à l'Assemblée Nationale d'une députée sur la problématique de l'éolien industriel dans nos espaces ruraux. La réponse de notre ministre de l'Environnement est digne du café du commerce, et d'un animateur télé qui avait besoin d'un hydravion, de plusieurs hélicoptères, ULM, montgolfières, pour filmer le vol d'une libellule. Et surtout  son commentaire final "on ne peut pas être contre tout" lui permet de botter en touche et de ne pas répondre à la question très claire de la députée.

Nous, nous ne sommes pas contre tout, nous soulevons simplement la problématique du respect de nos extraordinaires espaces ruraux de montagne en Lozère. Et actuellement les nombreux projets industriels éoliens en Margeride sont un non sens pour l'avenir de la Lozère, et ce sans développer le non sens en matière économique, énergétique, sociale, environnementale.


 Faites le tour du Massif de la Margeride, le tour du Lac de Charpal, parcourez les petits vallons, découvrez des architectures rurales encore intactes, partout sur la Margeride vous pouvez découvrir à la fois d'extraordinaires grands panoramas, mais aussi des micropaysages très à l'échelle humaine. Et parlez en à vos élus.