samedi 9 mars 2013

le Monde bis-schéma éolien-Lozère- cohérence


Dans notre blog de hier, nous vous avions fait part d'un article du Monde, , nous vous le mettons en ligne ci-dessous :



En Languedoc-Roussillon, le développement de l'éolien est entravé par l'hostilité des collectivités locales
L'Aude et la Lozère s'opposent au schéma régional au nom de la protection de leurs paysages
Le développement de l'énergie éolienne dans la région Languedoc-Roussillon bute contre un obstacle inattendu : la réticence des collectivités locales. Alors que l'adoption du schéma régional éolien par le préfet de région était d'abord annoncée pour fin 2012, puis pour début 2013, elle est maintenant programmée pour la fin du semestre.
Deux conseils généraux ont opposé un avis défavorable à ce schéma :" En l'état actuel de son élaboration, - il - n'est pas satisfaisant ", a tranché en novembre 2012 l'assemblée de l'Aude, tandis qu'en décembre, le conseil général de Lozère s'est déclaré hostile à " tout développement éolien sur le territoire " du département, " au regard de ses espaces dont la forte identité paysagère et environnementale est incompatible avec ce type d'implantation ".
Quant au Gard, si les élus ne se sont pas prononcés, on n'y compte qu'un parc, tous les projets étant bloqués par des recours juridiques formés par des associations particulièrement actives, animées par la fédération Vent de Colère implantée dans le département.
La région compte début 2013 une puissance éolienne installée de 475 mégawatts (MW). Des projets pour 1 490 MW ont obtenu un permis de construire ou sont en cours d'instruction. Les assemblées départementales ne peuvent pas empêcher l'adoption du schéma, mais leur réticence pèse évidemment.
Le schéma régional éolien est un volet du schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie (SRCAE), prévu par la loi Grenelle 2 de juillet 2010, et censé organiser le développement des énergies renouvelables, la maîtrise des consommations énergétiques et la lutte contre la pollution de l'air. Son adoption s'est faite sans difficulté dans plusieurs régions (Midi-Pyrénées, Centre, Nord-Pas-de-Calais, etc.).
En Languedoc-Roussillon, le cas le plus paradoxal est celui de l'Aude, département parmi les plus venteux de France et champion national avec une puissance installée en éoliennes de 279 MW. Pour André Viola, président (PS) du conseil général, " le schéma dit qu'on peut mettre des éoliennes dans 90 % du département, ce qui ouvre la porte à la dispersion. Or nous lançons une procédure de classement au patrimoine mondial de l'Unesco des châteaux du pays cathare, qui pourrait être compromise par un trop grand nombre d'éoliennes. Nos seules ressources sont l'agriculture et le tourisme. Notre atout, c'est un paysage préservé. Le caractère de l'Aude risque de subir un impact négatif par un éolien trop dispersé. "
La Lozère est aussi motivée par la question du paysage, dans un département dont l'économie repose également sur l'agriculture et le tourisme. Si l'on y compte dix fois moins de puissance éolienne installée que dans l'Aude, avec 22 MW, les projets y sont plus nombreux, avec 256 MW, selon la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement. Cette perspective est d'autant plus mal ressentie que, comme l'a indiqué une étude de la direction départementale du territoire, " la Lozère est le seul département de la région qui ne présente pas de communes situées en zones particulièrement propices au développement de l'éolien ".
Pour Pierre Morel-A-L'Huissier, député (UMP) et conseiller général, " il faudrait plutôt tabler sur les efforts du département dans le bois et la micro-hydraulique, développer la méthanisation et le solaire sur les toits. Eoliennes et paysages sont inconciliables. " Si les Causses et les Cévennes paraissent épargnées, la Margeride, au nord du département, est censée accueillir des dizaines de mâts - " elle serait sacrifiée ", estime le député.
Des alternatives sont envisagées. Pour Jean-Claude Chazal, conseiller général (ex-PS) de Lozère, " il faut chercher des solutions autres que l'éolien industriel capitalistique : par exemple, des sociétés d'économie mixte, dans lesquelles les collectivités publiques gardent la main ". Dans l'Aude, André Viola estime qu'" il faut positionner les nouvelles implantations à proximité de celles qui existent déjà ".
Hervé Kempf


 La Lozère est un département où coule l'eau vive, mais parfois aussi de faux discours ; on a entendu déja le faux discours de la solidarité énergétique ; dans le texte ci-dessus on a maintenant le discours de la prise en compte de la production électrique par les collectivités. 
Avant de se lancer dans cette voie, il y a mieux à faire : déja assurer un vrai développement de l'économie lozérienne, assurer la bonne ressource en eau potable (ce qui n'est pas le cas sur notre canton d'Aumont Aubrac depuis bientôt 6mois), et bien d'autres encore.

Nos élus qui se disent de gauche devraient avoir plus de pertinance et de cohérence 

Nous avons écouté hier soir sur "On n'est pas couché" notre charmante ministre de l'écologie ; elle a parlé d'énergie, et même dit que les ENR ce n'est pas que l'éolien ; appliquons le en Lozère où nous avons une marge de manoeuvre (filière bois énergie - hydraulique - photovoltaïque - méthanisation) plus adaptée à l'identité du département, et à la création d'emplois locaux.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire